La circulaire de rentrée 2014, comme le précise le Café pédagogique dans une analyse très fouillée, réussit à synthétiser les attentes des deux ministres qui se sont succédés rue de Grenelle depuis mai 2012. Marquée par des signes forts de continuité de la politique éducative, elle pérennise les grands axes de la loi d'orientation, notamment la priorité à l'éducation prioritaire (voir ici) et le renforcement d'une école "bienveillante", notamment au travers d'une impulsion renouvelée à l'expérimentation pédagogique et à des formes alternatives d'évaluation des élèves.

 

Sur la question de l'évaluation, la circulaire de rentrée reste prudente. Elle préconise certes de revoir cette évaluation, de la faire évoluer afin "d’éviter que l’évaluation ne soit vécue par l’élève et sa famille comme un moyen de classement, de sanction, ou bien réduite à la seule notation." Néanmoins, la circulaire préconise la "double évaluation", à la fois chiffré et en références à des compétences. Il convient toutefois ici de nuancer l'analyse du Café pédagogique : la "double évaluation" n'est en rien imposée. La rentrée 2014 est perçue en la matière comme "un premier temps d'évolution des pratiques d'évaluation", et "la notation chiffrée PEUT jouer tout son rôle dans la démarche d'évaluation DES LORS qu'elle identifie les réussites comme les points à améliorer et indique à l'élève les moyens pour améliorer ses résultats" (c'est moi qui souligne). Il apparaît donc que l'évaluation chiffrée est comme "placée sous surveillance", et qu'elle n'a plus vocation à être première.

En tout état de cause, les équipes enseignantes et les personnels d'encadrement disposent là d'un outil qui leur permet - pour peu qu'ils s'en donnent la peine - d'avancer sur la question de l'évaluation des élèves. On déplorera toutefois le peu de place faite à l'innovation pédagogique (le mot n'apparaît que deux fois dans la circulaire, annexes comprises), et il faudra se rappeler, en creux, que la loi d'orientation offre aux établissements qui le souhaitent une très large autonomie en la matière. Autonomie à laquelle il ne faudra pas, le cas échéant, se priver de recourir. Car c'est d'abord sur le terrain, dans les établissements, que pourront se mettre en oeuvre efficacement toutes les mesures qui assureront le caractère bienveillant de notre institution.

 

Par ailleurs, la circulaire reprend les principales mesures de la loi d'orientation déjà engagées où sur lesquelles la réflexion est très avancée : conseils écoles-collège, réforme de l'orientation, dispositif "plus de maîtres que de classes", refonte de l'éducation prioritaire, renforcement de la mixité sociale des établissements scolaires. Autant de chantiers appuyés sur de très nombreuses annexes. Une source d'inspiration inépuisable pour qui veut bien regarder le verre à moitié plein et se donner, sans faux semblants ni faux prétextes, les moyens de sa propre réussite professionnelle.