Il y a des écrivains qui ont le chic pour écrire exactement le reflet de notre pensée, bien bien que nous ne pourrons jamais le faire nous mêmes. Ainsi Sartre, par exemple. Le document que je propose ici est une rareté. Il a été prêté par Arlette Elkaim-Sartre à François Noudelmann, de France Culture, qui l'invitait lundi soir, dans son émission "A voix nue" . La jeune fille, alors étudiante en Khâgne, était mécontente de ses rapports avec son professeur de philosophie, qui qualifiait Sartre de "suppot du Prince des Ténèbres". Lasse d'entendre de telle inepties sur un auteur qu'elle adorait, elle a le culot de lui écrire chez lui, rue Bonaparte, pour lui demander ce qu'il convient de faire. Voici la réponse de Sartre à celle qui devait, en 1964, devenir sa fille adoptive.

 

 

Mademoiselle,

Ne vous perdez pas en vaines polémiques avec Mme X, vous valez mieux qu'elle. En un certain sens elle représente tout simplement la culture universitaire d'aujourd'hui. C'est elle, cette culture, que vous devez apprendre si vous voulez passer vos examens. Ensuite, ce sera à vous de faire, pour vous même et pour les autres, la VRAIE culture. Si vous vous sentez de temps en temps trop damnée, écrivez-moi, expliquez-moi vos difficultés, je vous répondrai. Mais ne discutez plus avec cette femme, vous êtes certainement en infériorité ; parce que vous avez raison, parce que vous cherchez ; parce qu'elle ne cherche plus, parce qu'elle a tort ; parce que vous apprenez encore, parce qu'elle n'apprend plus. Sa culture ne doit pas vous faire peur. Les livres lu ne comptent pas, ce sont des livres refermés. Et le fait qu'elle vous exclue de ses élus doit vous rassurer. C'est qu'elle a peur de vous. Croyez moi, ces gens ont peur, ils s'accrochent à des mots, à de la poésie, comme à des épaves.  Si vous n'avez plus peur d'eux, ils ne comptent plus, ils disparaissent.

Croyez, Mademoiselle, à toute ma sympathie

 


Peut-on imaginer plus belle dénonciation de l'arrogance des élites enseignantes autoproclamées ?

 

 

Accéder à l'enregistrement de l'émission au cours de laquelle François Noudelmann a lu cette lettre : http://www.franceculture.fr/emission-a-voix-nue-arlette-elkaim-sartre-15-2013-06-03

L'émission, qui voit pour la première fois la fille adoptive de Sartre évoquer son passé, est réalisée dans le cadre de la préparation de la Nuit Sartre, à l'ENS, vendredi 7 juin. Programme consultable ici : http://www.nuit-sartre.ens.fr/index.html