Retranscription in extenso et sans commentaires ajoutés d'un article paru dans la Lettre de l'Education de ce matin

 

L'école ne favorise pas la confiance en soi des élèves, selon un sondage

 

La confiance à l'école - et en l'école - est-elle un enjeu central à l'heure de sa "refondation" ? Oui, répond l'APEL, l'Association des parents d'élèves de l'enseignement libre qui, avec La Croix et l'institut Opinion Way, a rendu public, le 20 mars, au lendemain de  l'adoption par l'Assemblée nationale de la loi d'orientation sur l'école, un sondage réalisé auprès 662 familles sur le sujet. Intitulé "regard des parents sur la confiance et les jeunes à l'école et en famille", il met en lumière un "ressenti" inquiétant : 26% des enfants n'ont pas confiance en eux selon leurs parents, et 29% ne croient pas en leurs capacités à réussir. Près de 40% n'ont pas foi en leur avenir. Si 70% des élèves ont confiance en l'école, seuls 14% l'ont "tout à fait". "Les parents décrivent une situation qui fait de l'expérience scolaire par les jeunes une occasion de voir s'éroder chez eux la confiance qu'ils avaient", explique Julien Goarant, directeur d'études de l'institut de sondage. Une majorité de parents interrogés estiment que l'école n'aide pas les élèves à prendre confiance en eux : 55% au primaire, 64% au collège et 75% au lycée. Raisons invoquées : à plus de 40%, la peur des élèves d'être jugés en cas d'erreur, le sentiment d'être peu encouragés ;  à 25%, l'idée que l'école ne les mènera à rien. Pour y remédier, Caroline Saliou, présidente de l'APEL, revendique une "autre logique" : "Il faut sortir d'un fonctionnement rigide et anxiogène, entretenu par l'évaluation et la notation, pour valoriser la prise d'initiative". L'APEL souhaite aussi l'instauration d'une formations spécifique des enseignants sur le thème de la confiance en soi.