Sept organisations syndicales et associations éducatives et/ou pédagogiques ont lancé un appel dans le cadre de la refondation de l'école initiée par Vincent Peillon. Ce "front du oui" pose des exigences qui sont celles d'une école recentrée sur des valeurs positives, qui tiennent compte de l'intérêt et du bien être des élèves. Elles demandent à ce que la refondation s'appuie sur sept piliers, auxquels je ne peux que souscrire totalement :

 

  1. Une école fondée sur la bienveillance envers les élèves quels qu'ils soient. Placer l'élève au centre du système ce n'est pas seulement une exigence en terme de contenus des apprentissages, mais aussi en terme de structure, d'organisation du temps scolaire. C'est pour les élèves qu'il faut organiser la structure, et pour eux seuls.
  2. Valorisation de la continuité école/collège dans le cadre de réseaux inscrits dans les territoires et fondés sur le Socle commun.
  3. Renforcer et développer les projets de territoire, les projets éducatifs locaux, en approfondissant le lien entre l'école et ses associations complémentaires
  4. Développer la responsabilité et l'autonomie des établissements et de leurs équipes, notamment en intégrant les temps de coordination (niveaux, équipes, projets) dans le temps de service des enseignants
  5. Developper la capacité d'innovation des établissements et des équipes, en créant un conseil de l'innovation, conçu comme une structure d'aide au développement et à la réalisation de projets innovants.
  6. Renforcer la cohésion des territoires de l'éducation prioritaire (moyens complémentaires, renforcement des laisons intercycles, formation spécifique des personnels y travaillant)
  7. Renforcer les liens entre l'école et les familles qui en ont le plus besoin, autour de trois mesures phare : aide à la fonction parentale, renforcement du lien famille/école, développement du rôle des "tiers éducatifs"

En clair, une école réellement centrée sur les élèves (et pas seulement dans un discours convenu qui se borne à préciser l'intérêt pour les élèves comme une évidence qui irait de soi, alors qu'il n'en est rien), qui sait admettre que tout n'est pas prioritaire et que certains élèves, certaines familles, ont plus de besoins que d'autres. Le tout fondé sur une culture et une référence scolaire commune : la diversité des moyens d'action comme instrument de l'égalité.

 

Liste des associations signataires : SE-UNSA, SNPDEN-UNSA, UNSA Éducation, FEP-CFDT, SGEN-CFDT, FCPE, AFEV, Cahiers Pédagogiques, Education et Devenir, Les Francas, FESPI, Ligue de l'Enseignement