Contrairement à ce que nous pouvons lire ici ou là, le rapport sur la concertation engagée en juillet dernier par Vincent Peillon prend des positions qui sont souvent audacieuses. Elles sont également novatrices sur bien des points. Certes ce n'est pas le "grand soir" pédagogique que certains mouvements attendaient. Mais c'est une première étape vers l'instauration d'une Ecole réellement plus juste, effectivement tournée vers les élèves et vers la réussite de tous.

Parmis les propositions qui me semblent intéressantes, et dont la mis en oeuvre sera de nature à réellement faire bouger les lignes, retenons quelques points forts (les titres sont de moi, le détail est directement extrait du rapport issu des travaux des ateliers)

 

Evaluation / redoublement / orientation : sortir de l'archaïsme

- Rétablissement du collège unique avec comme double objectif :

  • L'acquisition du Socle commun
  • La poursuite d'études dans l'enseignement secondaire

- Maintien mais rénovation du Socle commun

- La suppression effective des devoirs à la maison à l'école élémentaire, dans le cadre d'une refonte du temps scolaire et d'une intégration de l'aide personnalisée dans le temps scolaire.

- Evolution de l'évaluation : moins de notation (et notamment de notation-sanction) et plus d'évaluation mutliforme : compétences, évaluation de groupe, évaluation d'un projet, auto-évaluation.

- Suppression progressive des redoublements

- Associer davantage les parents aux choix d'orientation.

- Des expérimentations sont envisagées qui prévoieront le "dernier mot" aux parents en matière de choix d'orientation et de redoublement à tous les niveaux de la scolarité.

 

Le lycée

- Maintien des grandes orientations de la réforme du lycée, avec un effort de formation et de souplesse dans les moyens pour permettre une réelle mise en oeuvre des grands principes de cette réforme

- Fusion progressive des voies technologique et générale avec un objectif réaffirmé de poursuites d'études longues (Bac +3)

- Maintien de la voie professionnelle, avec une visée plus clairement tournée vers l'insertion professionnelle (et malgré tout la possibilité de poursuite d'études pour ceux qui le souhaitent)

- Développement des formations en apprentissage sous statut scolaire, dans le cadre des lycées professionnels.

- Développement du continuum "Bac-3/Bac+3" afin d'améliorer les poursuites d'études longues en sortie de lycée général.

- Garantir un droit de retour pour les élèves qui ont abandonné leurs études trop tôt.

 

Meilleure articulation entre temps scolaire et efficacité pédagogique : s'affranchir de "l'heure de cours"


- Rendre possible des regroupements horaires, notamment pour permettre des plages plus longues d'enseignement artistique et culturel.

- Possibilité de casser les emplois du temps hebdomadaires en collège et lycée, et de globaliser certains horaires afin de rendre les enseignements plus efficaces.

- Allègement et globalisation partielle des enseignements au lycée général

- Fluidifier la liaison école/collège en organisation des enseignements par champs disciplinaires lors du dernier cycle de l'école élémentaire et au début du collège (cela s'inspire des expériences d'écoles du socle déjà à l'oeuvre dans certains endroits)

- Moduler les emplois du temps de collège en s'affranchissant de la rigide "heure de cours" : l'emploi du temps pourra être modulé en fonction du projet pédagogique du collège

- Développer les projets interdisciplinaires et la pédagogie de projet au lycée (le texte parle notamment de relance des TPE)

 

Recrutement, formation et statut des enseignants

- Création des Ecoles Supérieures du Professorat et de l'Education (ESPE) qui unifieront certains contenus de formation pour tous les personnels : transmission notamment des valeurs communes de l'institution en lien avec la partie "professionnelle" des concours de recrutement.

- Formation à la fois disciplinaire et didactique (cette dernière partie étant renforcée à toutes les étapes de la formation initiale et continue)

- Prise en compte des éléments de professionnalisation à côté des attentes purement disciplinaires.

- Casser la rigidité du système d'évaluation actuelle et aller vers une évaluation plus tournée vers le conseil.

- Organiser une évaluation qui valorise l'investissement professionnel

 

 

Petite remarque personnelle : ce que je remarque en tant que personnel de Direction, c'est que beaucoup de ces mesures sont d'ores et déjà possibles. Les équipes de direction des collèges et lycée disposent déjà de tous les leviers qui permettent de moduler les emplois du temps, de faire évoluer les pratiques pédagogiques, de laisser la liberté d'orientation et le choix du redoublement aux parents, de supprimer les redoublements .... mais certaines de ces mesures ne pourront pas se faire sans les enseignants. Et donc, beaucoup plus que l'argent, le nerf de cette guerre qui s'annonce contre le conservatisme pédagogique, c'est la formation des enseignants, qui doivent définitivement cesser d'être formés comme des "professeurs".